Un drôle d’anniversaire pour mes trente ans

Un drôle d’anniversaire pour mes trente ans - Sébastien Dun

J’ai eu trente ans la semaine dernière. Je n’avais pas l’intention de fêter quoi que ce soit, parce que je ne suis pas forcément enthousiasme à l’idée de vieillir. Mais mes amis avaient décidé de me faire une surprise, je n’allais donc pas leur faire la tête non plus !

En fait, ce n’était pas vraiment une surprise, puisque je les voyais comploter depuis quelques jours déjà. Leurs messes basses, et le fait qu’ils s’arrêtaient de parler lorsque je rentrais dans la pièce, l’air coupable, tout ça m’a très vite mis la puce à l’oreille. Mais j’ai fait semblant de ne rien voir, pour ne pas gâcher la surprise.

Le jour même de mon anniversaire, je l’ai passé chez mes parents, qui habitent dans une grande maison à la campagne. Ma mère qui, lorsqu’elle travaillait encore, était chargée de la planification financiere de son entreprise, avait mis les petits plats dans les grands, et avait préparé le repas au millimètre près. Où chaque personne devait s’asseoir, quelle fourchette correspondait à tel plat, à quel moment le vin devait être bu. La déformation professionnelle, je suppose.

Après le repas, nous avons discuté longuement de nos projets d’avenir. Mon petit frère envisage une carrière juridique, et il a passé avec brio ses examens à la faculté de droit. Il est même le meilleur de sa promotion. Toute la famille est très fière de lui. Mes parents, quant à eux, envisagent de déménager, leurs voisins sont très bruyants apparemment, et le bruit commence à peser sur leur moral. Quant à moi, je continue mon petit bout de chemin, je n’ai pas de grands projets d’avenir.

Mes amis m’attendaient dans mon appartement, dans le noir. Quand j’ai ouvert la porte et allumé la lumière, ils m’ont recouvert de confettis. Chacun avait apporté un cadeau, et tous étaient super, j’ai reçu des livres, des vêtements, des bons d’achat…

Ensuite, ils ont apporté du champagne et un gigantesque gâteau. C’était une sorte de pièce montée recouverte de crème chantilly, un peu le genre de gâteau qu’on voit dans les mariages. Nous avons bien bu et bien mangé. Ensuite, nous avons bavardé et joué à des jeux collectifs, comme par exemple, aux fléchettes. J’adore jouer aux fléchettes dans mon appartement, ça peut sembler être un sport assez ennuyeux, mais c’est très amusant entre amis, et il n’est pas nécessaire d’être bon pour s’amuser.

Voilà comment s’est terminé ce drôle d’anniversaire.