Je ne suis pas macho

Je ne suis pas macho - Sébastien Dun

Mon ami vient tout juste de donner son nom à une agence placement infirmier. Comment il a fait pour choisir ce type de travail, je n’en sais rien. Je n’aime pas l’idée, moi, de me retrouver à faire un travail où je ne fais qu’écouter un autre me donner des ordres, et de devoir faire la même tâche de façon répétitive toute la journée, ou pire encore, toute la nuit. Oui, il prend soin des gens malades, mais moi, je veux protéger de la façon masculine. Je suis policier, et je suis mon propre patron, même si j’ai un superviseur. Je fais ce que j’ai à faire. Je n’obéis que lorsqu’on me dit où se trouve la situation problématique. Je suis les principes de la loi tels que prescrits, car sinon, la société devient bordélique. Mais, je décide ce que je fais, car c’est moi qui suis là, dans les lieux du crime ou du danger, et je dois choisir ce qui est le mieux pour tout le monde. 

Certains de mes amis, surtout les filles, me disent que j’ai un caractère de macho. Je ne pense pas que c’est ainsi. Les filles insistent pour dire que les emplois ne doivent pas être « genrés ». Pourtant, je voudrais bien voir les filles tenter de maîtriser une gang d’hommes de plus de six pieds chacun, chauds ou drogués, en train d’agresser une, ou plusieurs femmes, surtout si elles sont seulement deux. Je sais que les femmes peuvent participer dans la police, mais je ne sais pas comment elles peuvent penser faire ce genre de truc. Elles me répondent qu’il n’y pas que la force brute qui résout les problèmes avec les criminels. De toute manière, elles ont l’option d’appeler pour du soutien si c’est nécessaire, et elles sont armées. De plus, la plupart des hommes machos sont trop fiers pour frapper une femme, disent-elles. S’ils font ça, ils s’exposeront à la moquerie de la part de leurs amis.

Et le travail d’infirmier, c’est bien pour les hommes, me disent-elles. Il n’y a rien de mal pour un homme de choisir de s’occuper d’autrui. Ce ne sont pas seulement les femmes qui ont l’instinct maternel. Pourquoi on a choisi, dans notre société, de donner des étiquettes de genre-là aux sexes, en faisant semblant que c’est dans notre nature d’être comme ça ? Il n’y a rien de naturel de dire aux gens qu’ils doivent absolument agir d’une certaine manière.